guide de langue
rémoise

Il n’est pas toujours facile de se repérer dans un pays étranger, mais c’est encore pire quand les gens parlent une langue plus que locale ! Les rémois, et les français en général, adorent les expressions, même quand elles n’ont rien à voir avec leur vrai sens.  Alors pour ne plus être perdu quand on vous dit que “quelqu’un s’est empiergé au bar mais c’est passé crème”, faites un tour dans notre petit guide de langue rémoise. 

À un de ces quatre : au revoir, à la prochaine fois.

Aller comme un gant : quelque chose correspond (souvent physiquement) parfaitement à quelqu’un (« ça te va comme un gant! »).

Autant chercher une aiguille dans une botte de foin : il est impossible de trouver ce que l’on cherche.

Apporter son grain de sel : s’immiscer dans une affaire, une conversation.

Avoir des fourmis dans les jambes : sentir des picotements dans les jambes quand on est assis depuis longtemps (peut aussi simplement désigné l’envie de se déplacer).

Avoir du pain sur la planche : avoir beaucoup de travail à accomplir.

Avoir fait les 400 coups : avoir fait toutes sortes de bêtises.

Avoir la grosse tête : se croire supérieur, plus important, plus intelligent,… que les autres.

Avoir la main verte : désigne une personne douée pour le jardinage et les plantes en général.

Avoir la patate : être en forme, de bonne humeur, souriant et dynamique.

Avoir la pêche : avoir la santé, être en pleine forme.

Avoir la tête dans les nuages : être distrait.

Avoir l’eau à la bouche : avoir une forte envie de quelque chose (très souvent de la nourriture).

Avoir le coeur sur la main : désigne une personne gentille, attentionnée, altruiste, solidaire, généreuse…

Avoir le compas dans l’oeil : pouvoir évaluer des mesures en tout genre sans instrument.

Avoir le coup de foudre : éprouver un sentiment amoureux assez violent à l’égard de quelqu’un dès sa rencontre.

Avoir les crocs/avoir la dalle : avoir faim.

Avoir le cul bordé de nouilles : être indécemment chanceux.

Avoir l’estomac dans les talons : avoir très faim.

Avoir les yeux plus gros que le ventre : surestimer ses capacités à faire quelque chose, voir trop grand, exagérer ses possibilités (souvent pour désigner quand quelqu’un n’arrive pas à finir sa nourriture car il en a demandé trop).

Avoir (quelque chose) sur le bout de la langue : désigne la frustration d’être proche de se remémorer quelque chose, de trouver une réponse.

Avoir un chat dans la gorge : être enroué.

Avoir un cheveux sur la langue : zozoter (par exemple quand tu remplaze zertaines conzonnes par des z).

Avoir un coeur d’artichaut : tomber facilement et souvent amoureux.

Avoir une langue de vipère : se dit d’une personne qui tient souvent des propos méchants, désagréables, dévalorisant, qui critique les autres.

Avoir une peur bleue : avoir un très grande peur de quelque chose en particulier.

Avoir un poil dans la main : désigne une personne paresseuse.

 

Bagnole/caisse : voiture.

Bail : truc, chose (« trop relou comme bail » = « trop compliqué comme truc »).

Baston/castagne : bagarre.

Bécane : moto.

Bigleux : malvoyant.

Bobard/crack/mytho : mensonge.

Boire comme un trou : consommer des boissons alcoolisées avec excès (l’alcool nuit à la santé, buvez avec modération).

Bouffer/grailler : manger.

Broyer du noir : être triste, mélancolique, déprimé.

Ça déchire/ça défonce/ça déboîte : c’est trop cool !

Ça me gonfle/ça me gave/ça me saoule : ça m’énerve, ça m’ennuie, ça me rends dingue.

Ça passe crème : ça se passe sans difficultés, sans encombres.

Casser la baraque : avoir un très bon résultat, avoir assuré.

Casser les pieds de quelqu’un : ennuyer une personne.

C’est chaud/c’est tendu : c’est difficile, compliqué.

C’est chiant/c’est relou : c’est ennuyeux, compliqué.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron : c’est en pratiquant une discipline qu’on peut progresser.

C’est fou/ouf/dingue : pour désigner quelque chose d’incroyable, d’invraisemblable.

C’est lourd/c’est énervé : se dit d’une chose cool, qu’on apprécie.

Chelou : utilisé pour désigner une situation ou une personne bizarre.

Chercher midi à quatorze heures : chercher compliqué quand on peut faire simple.

Cinoche : cinéma.

Clope : cigarette (fumer tue !).

Connerie : quelque chose de stupide, bêtise.

Couper l’herbe sous le pied : devancer quelqu’un sans prévenir.

Cul : fesses/postérieur.

Daron/daronne : père/mère.

Débarrasser le plancher : quitter un lieu après en avoir été chassé.

Déconner : s’amuser, rigoler, plaisanter, faire n’importe quoi.

Décrocher la lune : exprimer l’accession à une chose que l’on pensait impossible (peut également désigner le fait de pouvoir faire n’importe quoi pour une personne : « pour toi je décrocherais la lune »).

De fil en aiguille : progressivement.

Démarrer au quart de tour : s’énerver facilement.

Donner sa langue au chat : abandonner le fait de trouver une réponse à une question.

Donner un coup de couteau dans l’eau : faire quelque chose pour n’obtenir aucun résultat.

Donner un coup de poignard dans le dos : trahir.

En avoir gros sur la patate : avoir du chagrin, des problèmes.

En avoir pour son argent : avoir obtenu une grande satisfaction.

En faire tout un fromage : exagérer largement l’importance ou la complexité d’un sujet.

En mettre sa main au feu : assurer la confiance que l’on a en un fait que l’on énonce pour convaincre.

En rester bouche bée : ne plus savoir quoi dire face à un événement surprenant.

En scred/en soum-soum : de manière discrète.

Être à 2 doigts de : être proche de.

Être à poil : être nu.

Être au taquet : se donner à fond.

Être bourré : état après avoir consommé une quantité déraisonnable d’alcool (buvez avec modération).

Être copains comme cochons : être très amis.

Être dans le rouge : avoir des difficultés financières.

Être fait comme un rat : être dans une situation dont il est impossible de s’en sortir.

Être fleur bleue : être sentimental et naïf.

Être la cinquième roue du carrosse : se sentir de trop dans un groupe.

Être lessivé/être au bout du rouleau/être claqué/être crevé : être fatigué.

Être mal luné : être de mauvaise humeur.

Être pénard : être tranquille.

Être pleins aux as : avoir beaucoup d’argent.

Être sourd comme un pot : entendre très mal (peut être utilisé pour quelqu’un qui ne vous entend toujours pas malgré vos appels répétés).

Être trempé jusqu’aux os : être mouillé de partout.

Être vert de rage : être très en colère.

Faire à l’arrache : faire quelque chose de manière désorganisée, trop rapidement, au dernier moment.

Faire chou blanc : échouer, ne pas réussir dans sa tentative.

Faire dodo : dormir.

Faire d’une pierre deux coups : atteindre deux objectifs à la fois.

Faire genre : faire semblant.

Faire un tabac : avoir un grand succès.

Filer à l’anglaise : fuir discrètement.

Flic/keuf… : policier.

Flingue : arme à feu.

Flipper/avoir la trouille/avoir la frousse : avoir peur.

Flop (faire un) : échec.

Frangin/frangine : frère/soeur.

Froc/fut : pantalon.

Foutu : cassé (pour un objet), perdu, sans espoir (pour une situation).

Fumer comme un pompier : fumer avec excès (fumer tue !).

 

Genre : mot à utiliser avant d’introduire un exemple ou une situation. Peut remplacer l’expression par exemple. (exemple :”et genre à ce moment là il vient me voir …”).

Gerber : vomir.

Gosse/mioche/morveux/gamin/bambin/marmot/môme : enfant.

Graisser la patte à quelqu’un/faire des pots-de-vins : donner de l’argent en échange d’une faveur.

Grave/archi : beaucoup, très (exemple : “c’est grave/archi bon” ; pour désigner quelque chose de délicieux).

Haut comme trois pommes : désigne une personne de petite taille.

 

Il y a anguille sous roche : l’affaire n’est pas claire, quelque chose de caché.

J’avoue : utilisé pour donner son approbation, sa validation.

Jeter de l’huile sur le feu : aggraver une situation par un geste ou une parole mal placée.

Jeter l’argent par les fenêtres : désigne quelqu’un de très dépensier, souvent pour des choses relativement inutiles.

 Kiffer : apprécier.

La balle est dans ton camp : c’est à ton tour de prendre une initiative et donc de prendre une décision dans le cadre d’un débat ou d’une confrontation.

La coupe est pleine : Se dit quand les limites de la tolérance envers une personne ou une situation précise ont été dépassées. 

Lâche moi les baskets : Laisse moi tranquille. 

Lèche cul  :  Personne ayant un goût prononcé pour la flatterie ou les compliments envers une quelconque figure d’autorité afin d’obtenir des avantages.

 

Maboul/barjo/cinglé/dingue/ouf : fou.

Mec/gars : un homme.

Mettre des bâtons dans les roues : rendre la tâche de quelqu’un plus difficile, le gêner dans son entreprise.

Mettre la charrues avant les boeufs : faire les choses dans le mauvais sens, se précipiter pour faire quelque chose.

Mettre la puce à l’oreille : se dit de quelque chose qui vous a permis de vous douter de quelque chose.

Meuf : une femme.

Monter sur ses grands chevaux : lorsque une personne s’emporte et devient agressive en essayant de défendre son point de vue.

Ne pas avoir sa langue dans sa poche : parler beaucoup et facilement.

Ne pas avoir un radis : être pauvre.

Ne pas être dans son assiette : ne pas se sentir en forme, être un peu malade.

Ne pas y aller par quatre chemins : agir directement, aller droit au but.

N’y voir que du feu : ne pas comprendre la situation; se faire duper sous son nez.

Oim : verlan de moi.

Oseille/thune/maille/flouze/blé/ronds/fric/biff/pognon : argent.

Paname : Paris.

Partir les pieds devant/passer l’arme à gauche/clamser/crever/casser sa pipe : mourir.

Passer l’éponge : pardonner.

Pépin : problème, ennui.

Péter un plomb : s’énerver, devenir fou, perdre le contrôle de soi-même.

Piaule : chambre.

Piger : comprendre.

Piquer du nez : avoir une irrépressible envie de s’endormir, commencer à s’endormir.

Planté : se dit d’un logiciel informatique ne fonctionnant plus.

Pleuvoir des cordes/pleuvoir à seaux : il pleut beaucoup.

Pompe : chaussure.

Poser un lapin : ne pas venir à un rendez-vous fixé.

Pote/poto/gars/frérot : copain.

Prendre le taureau par les cornes : entamer les choses par leur aspect le plus difficile.

Prendre quelque chose au pied de la lettre : comprendre la phrase au sens le plus strict possible.

Prendre son pied : avoir du plaisir.

Quand les poules auront des dents : jamais.

Que dalle : rien.

R : rien (exemple : “je comprends R” = “je comprends rien” ; “y’a R” = “il n’y a rien”).

Raconter des salades : raconter des mensonges, des rumeurs.

Ramener sa fraise (souvent utilisé à l’impératif) : arriver quelque part.

Relou : utilisé pour désigner une personne ennuyeuse, dont vous n’appréciez pas particulièrement la compagnie, qui manque de subtilité, qui insiste fortement.

Rendre la monnaie de sa pièce : se venger.

Ringard : démodé.

Rire jaune : se forcer à rire.

S’arracher/se barrer/se tailler/se casser/se tirer : partir.

Se faire carotter : se faire arnaquer.

Se faire grillé/se faire cramer/se faire chopper/se faire gauler : se faire attraper, se faire découvrir.

Se faire rouler dans la farine : se faire confondre par des arguments fallacieux, être induit en erreur par des arguments trompeurs.

Se fendre la poire (en deux) : rigoler fortement.

Se goinfrer : manger avec excès et salement.

Se jeter dans la gueule du loup : foncer droit vers un danger certain.

Se mettre une cuite : boire beaucoup trop d’alcool (buvez avec modération).

S’empierger : se prendre les pieds dans un obstacles, trébucher.

Se planter : se tromper.

Se rétamer : tomber.

Se tenir à carreau : rester tranquille, ne pas provoquer un seul incident, rester à l’abri du danger.

Soupe au lait : qui change rapidement de caractère, qui s’emporte brutalement.

Soutif : soutien-gorge.

Taffer/charbonner : travailler.

Taper dans le mille : deviner ou tomber juste.

Tâter le terrain : Evaluer une situation avant d’agir.

Taule/placard : prison.

Tchatcher : bavarder.

Tiré à quatre épingles : vêtu de manière très soignée et élégante.

Tomber dans les bras de Morphée : s’endormir.

Tomber dans les pommes : s’évanouir.

Tomber des nues : être surpris, décontenancé.

Toucher du bois : conjurer le mauvais sort.

Tourner autour du pot : hésiter, parler de manière non-explicite à propos d’un sujet au lieu de l’aborder clairement.

Tronche/poire/gueule : tête.

Trouver le pot aux roses : trouver un secret, ce qui était caché (mensonge, escroquerie, irrégularités…).

Un cordon bleu : désigne quelqu’un de très doué pour la cuisine.

Un froid de canard : un très grand froid.

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué : se féliciter pour un succès dont l’acquisition n’est pas encore certaine.

Vénère (être) : énervé.

Verlan : ensemble de lexique où les syllabes des mots sont inversés  (exemple : « louche » devient « chelou » ; “lourd” devient “relou” ; etc…).

Vider son sac/se mettre à table : parler dans le but d’avouer quelque chose.

Voir la vie en rose : être optimiste, tout voir du bon côté.

Voir midi à sa porte : juger quelque chose ou une situation selon son propre point de vue.

Voir rouge : être en colère.

Vouloir le beurre et l’argent du beurre : vouloir toujours plus, tout avoir et sans rien donner.

Wesh : mot issu de l’arabe, utilisable dans absolument n’importe laquelle de vos phrases afin d’exprimer votre surprise, votre joie, votre désarroi ou même tout simplement en guise de salutation (exemple : « wesh, comment ça va ? »)